6e billet d’humeur du jeudi 30 janvier 2020

Accueil / 6e billet d’humeur du jeudi 30 janvier 2020

6e billet d’humeur du jeudi 30 janvier 2020

Et si nous parlions de la fragrance N°8 et de l’histoire de la naissance du parfum à Grasse.

 

Bonjour et bienvenue dans notre saison d’hiver sur la French Riviera entre de belles journées  ensoleillées et des épisodes de froidure où l’on aime s’emmitoufler, le bonnet de laine enfoncé jusqu’aux oreilles.

L’air est frais et cette saison d’hiver sur la Côte d’Azur nous vivifie et nous fait du bien.

Depuis Courchevel, j’ai passé du temps avec notre parfumeur à Grasse, reconnue capitale mondiale du parfum sur la Côte d’Azur.

Cette haute parfumerie de luxe attire les professionnels comme les plus profanes, soit pour créer des parfums comme moi ou pour visiter les ateliers de création et sentir les plus subtiles fragrances toutes issues des jardins luxuriants de fleurs de la région.

Mon parfumeur appelé aussi un « Nez » à un talent fou et reconnu par sa profession. Il a travaillé à ma demande depuis l’automne sur nos 7 nouveaux parfums et me fait découvrir et choisir mes senteurs préférées correspondant à mes souvenirs olfactifs glanés ça et la, au gré de mes balades sur la French Riviera.

Non, non, je ne vous dévoilerai pas aujourd’hui nos nouveaux parfums qui seront en vente au mois de mai, en ligne ou dans notre échoppe entièrement relookée au 12 rue de la Ponche, à Saint Tropez mais je peux vous dire que notre « Nez » s’est surpassé. Il est vrai qu’il me connait bien et respecte toutes mes réminiscences olfactives.

Allez ! Plus que trois mois d’attente pour élaborer des flacons et diffuseurs très chics et raffinés.

Je vous mets juste l’eau à la bouche.

 

L’hiver, à Grasse, vous êtes emporté dans un tourbillon de senteurs florales des citronniers, des orangers et du mimosa illuminant la végétation foisonnante devant l’horizon bleu de la mer où le ciel d’azur aime se mirer et s’abandonner. Fermez les yeux et respirez !

Cela sent si bon dans ces jardins suspendus de la Méditerranée aux vues imprenables !

 

Et pourtant…Dans des temps anciens, au Moyen âge, Grasse sentait la tannerie du cuir, exportée  dans toute l’Europe où les nobles venaient acheter leurs gants. Certes, ils repartaient bien gantés mais le cuir puait une odeur malodorante et persistante due aux excréments et à l’urine utilisés pour le tannage.

Quelle horreur !

Heureusement qu’un artisan eut la bonne idée de plonger les gants dans une solution parfumée et que les paysans distillèrent eux-mêmes leurs plantes pour en revendre l’essence et ainsi augmenter leurs revenus.

Au 16e siècle, ils cultivèrent l’oranger, le pistachier, le lentisque, le mythe, la lavande et le cassis ou cassier puis importèrent au 17 e siècle le jasmin d’Inde et la tubéreuse d’Italie tout en cultivant de nombreuses espèces de roses.

Alors, au 18ème siècle, le parfum devint la grande spécialité de la Côte d’Azur qui abandonna définitivement la tannerie.

Au fil du temps, le savoir faire et la renommée des grands parfumeurs de Grasse se confirmèrent.

Le 19e siècle s’ouvrit sur d’immenses jardins merveilleusement odorants des 4000 variétés de roses et de fabuleuses espèces florales et végétales attirant de très nombreux parfumeurs et « Nez » renommés.

Grasse connut un passage à vide à la fin de ce siècle, causé par la concurrence internationale mais rebondissant de plus belle grâce à la création de nombreuses coopératives et associations de producteurs locaux.

Comme quoi, le dicton de : « L’union fait la force » a entraîné un savoir faire inégalé et à promu la ville de Grasse comme- Capitale mondiale du parfum.

Quelle histoire ! D’une très mauvaise odeur, la passion d’un homme, artisan a su renversé des montagnes ! Du 8 au 10 mai 2020, Grasse fêtera son 50e anniversaire de la rose mais nous en reparlerons d’ci là.

 

Au retour de Grasse, j’avais un message où une cliente de Ramatuelle me confiait être tombée amoureuse de notre fragrance Nº8 « Une balade au Château des Marres »

-C’est une fragrance gourmande d’une pêche gorgée de soleil, mêlée à l’orange et à la bergamote en notes de tête, délicatement parfumée à la rose et à l’ylang ylang en son cœur, laissant dans son sillage de fond, des senteurs de musc et de vanille.

Son message me demandait de lui faire porter toute notre ligne Nº8 en Parfum 100 Ml,

bougie à 3 mèches et en diffuseur d’intérieur en 200 Ml

sans oublier la version pocket en 30 Ml pour l’emporter avec elle, dans son sac.

Elle en voulait partout dans sa maison mais désirait en offrir à ses amis pour partager cette douce senteur chaude et raffinée du célèbre Château des Marres.

 

Et me voilà repartie pour rassasier cette envie et appeler ma cliente car le rapport humain reste avant tout une de mes priorités.

Oui, l’on peut diffuser dans notre intérieur, éclairer notre salon d’une grande bougie, parfumer l’entrée pour un meilleur accueil dans la même fragrance, à choisir dans nos 14 numéros ou notre collection « Voyage ».

 

Et vous…Quelles sont vos senteurs Maison ST, préférées ?

 

Appelez-moi ou commandez en ligne, dès maintenant et vous pourrez profiter plus largement encore d’une de nos senteurs, toutes issues de la haute parfumerie de luxe à Grasse, sur la French Riviera.

 

A la semaine prochaine et d’ici là, n’oubliez pas vos bonnes résolutions de bien être du mois de janvier…😊, n’est-ce-pas ?

 

Joy.

La créatrice de parfums et journaliste de Maison « ST » Parfum, French Riviera.

joy@maison-st-parfum.com

 

Pour suivre mes billets d’humeur, je vous invite à vous inscrire à ma newsletter.

-Joy, journaliste et créatrice des parfums de notre Maison « ST » by « Les senteurs tropéziennes »,

A paraître chaque jeudi.

Pour que vous puissiez suivre :

-mes conseils beauté,

-mes humeurs,

– mes conseils pour parfumer votre intérieur,

Ou des avis précieux de la haute parfumerie de Grasse, capitale mondiale du parfum,

De la French Riviera.

 

Sur chacun de vos achats, 0,20 cents seront reversés à la fondation Aldinie pour soigner les enfants.